BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 10.07.2018

Interview de Guy Ertz sur nos recommandations d'investissement pour juillet

Guy Ertz

Le risque de guerre commerciale préoccupe.

Le risque de guerre commerciale préoccupe. Les tensions commerciales entre Etats-Unis et Chine d’une part et entre Etats-Unis et UE, Mexique et Canada d’autre part sont réapparues. Le risque d’un cercle vicieux de mesures et contre-mesures protectionnistes existe.  Nous pensons qu’une solution négociée reste le scénario le plus probable.

Selon nous, la hausse des bourses sur le moyen terme n’est pas terminée, mais la volatilité restera présente. Trois raisons fondamentales inchangées fondent notre optimisme : la hausse des profits des entreprises en 2018 et 2019, les faibles hausses des taux attendues et enfin les valorisations modérées des bourses, en dehors du  marché américain qui est cher par rapport aux standards historiques. Rien à ce jour ne remet en cause ces trois arguments lourds.

Prudence maintenue sur les marchés obligataires. Les rendements des obligations ont globalement baissé durant cette phase de risque « off » surtout en zone Euro. Mais nous pensons que celle-ci est transitoire. Après la hausse des taux de juin, la Fed fera encore selon nous 2 hausses de taux de 25 pb en 2018,  et 2 en 2019. Pas de changement sur nos objectifs pour les taux obligataires américains à 10 ans à 3,25% à 12 mois. Pas de changement non plus sur la BCE qui a confirmé qu’elle restera accommodante en réduisant progressivement en fin 2018 son Quantitative Easing sans toucher à ses taux officiels avant  l’été 2019. Nos objectifs de taux à 10 ans sont 1,25% pour l’obligation allemande, aspirée par les taux américains. Nous restons neutres sur le High Yield euros et dollars. Nous sommes toujours positifs sur le segment des obligations émergentes en devises locales.

Guy Ertz

Head of Investment Strategy
BNP Paribas Wealth Management


Sur le même sujet