BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 22.01.2019

Perspectives mensuelles sur les devises Janvier 2019 | BNP Paribas Wealth Managament

Guy Ertz

Le dollar a été très volatil récemment. Un déficit budgétaire plus élevé et un écart de taux d'intérêt plus faible suggèrent une baisse du dollar.

Currency Outlook by Guy Ertz | BNP Paribas Wealth Management

Dollar américain (USD)

Au cours des 30 derniers jours, l'euro a tenté un rebond. L'affaiblissement en décembre du dollar s'est produit parallèlement au ralentissement de la croissance américaine. La ligne directrice de la Fed, qui appelait à la patience, avait rendu le dollar moins attractif. Du côté de la zone euro, la fin du programme d’achat net d’obligations devrait entraîner une baisse des sorties de portefeuille, soutenant ainsi l'euro. En outre, la confirmation de l'accord budgétaire italien de 2019 a réduit la pression négative sur l'euro. L’actuelle faiblesse de l'euro devrait être temporaire. La surévaluation du dollar américain par rapport à sa juste valeur à long terme suggère que l’EURUSD devrait converger vers notre objectif à 12 mois à 1,22 (valeur de 1 USD). Nous anticipons un EURUSD à 1,16 à 3 mois.

La livre sterling (GBP)

La livre semble résiliente après le vote de confiance du Premier ministre en mai. Cette décision fait suite à sa défaite lors du vote sur l'accord Brexit du 15 janvier dernier. Notre scénario de base est une extension de l'article 50 alors qu'un second référendum est également possible. Cela devrait augmenter la probabilité d'un non-Brexit et renforcer la livre sterling. Compte tenu de l'incertitude actuelle, nous maintenons notre objectif à 3 mois à 0,90 (valeur de 1 euro). Sur le long terme, nous restons favorables au sterling car la probabilité d’un Brexit « dur » est faible et les marchés semblent avoir anticipé les perspectives économiques incertaines. Nous visons EURGBP à 0,88 sur un horizon de 12 mois.

La devise japonaise

Le yen, réputée devise « défensive », s'est apprécié alors que le sentiment de risque a baissé récemment. Le dollar américain s'est déprécié globalement au cours de la seconde moitié de décembre. Nous maintenons notre objectif de 3 mois à 110 (valeur pour 1 dollar). La Banque du Japon ne devrait pas normaliser sa politique monétaire comme c’est le cas dans d’autres pays du G10. Les rendements obligataires américains devraient rester assez stables et l'écart de rendement des obligations entre les deux pays ne devrait pas avoir un impact majeur sur le yen. Le ralentissement des sorties de capitaux dû à la plus grande prudence des investisseurs japonais à l'égard de leur exposition aux actifs américains devrait continuer à soutenir le yen à moyen terme. Dans ce contexte, nous révisons nos prévisions à 12 mois, qui passent de 108 à 106.

Le dollar australien (AUD)

La Banque centrale ne devrait pas relever son taux directeur cette année. L'inflation en décembre a été légèrement inférieure (1,9 % contre 2,1 %), mais demeure proche de la cible de la banque centrale. La convergence relative des politiques monétaires avec les Etats-Unis ne devrait pas exercer de pressions sur le dollar australien. Toutefois, une escalade des tensions commerciales devrait peser sur les perspectives de croissance de la Chine. Cela devrait maintenir la monnaie australienne sous pression. Nous prévoyons un AUD/USD de 0,72 à 3 mois et 0,78 à 12 mois (valeur de 1 AUD).

Le dollar néo-zélandais (NZD)

La croissance économique devrait rester bien orientée en 2019. L'inflation a augmenté plus que prévu en décembre et devrait demeurer soutenue autour de la cible de la banque centrale. Jusqu'à présent, les marchés n’anticipent pas de hausse du taux directeur de la Banque centrale en 2019. Ceci est également le cas aux Etats-Unis. Les prix des produits laitiers ont pris un bon départ en 2019 mais l'incertitude politique européenne et les tensions commerciales actuelles pourraient affecter les perspectives des produits laitiers. Compte tenu des tensions commerciales, nous maintenons l'objectif à 12 mois à 0,70 pour le NZD/USD (valeur de 1 NZD).