BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 31.01.2018

La reprise des dépenses d’investissement : causes cycliques et séculaires

Guillaume DUCHESNE

Série sur les thèmes d'investissement 2018: Tendances de long terme #5

Les dépenses d’investissement des entreprises poursuivront leur progression en 2018, non seulement grâce à un cycle économique porteur, mais aussi parce que les entreprises devront investir dans des domaines technologiques innovants, cruciaux pour leur productivité à long terme.

Deux moteurs principaux pour une poursuite de la reprise de l’investissement

L’année 2018 offrira des opportunités autour de la thématique de la progression des dépenses d’investissement des entreprises. Nous pensons que les deux dynamiques suivantes soutiendront l’investissement.

UNE CONJONCTURE FAVORABLE A L’INVESTISSEMENT

L’économie mondiale profite actuellement d’un environnement plus favorable. La croissance économique est repartie à la hausse dans de nombreux pays, la confiance des acteurs économiques est au beau fixe, la demande en biens et services augmente et les bénéfices des entreprises sont à présent en expansion. Dans ce contexte, les entreprises ont tendance à investir afin de maintenir leurs gains de productivité. Le cycle économique favorable les incite à renouveler leurs outils de production. Les entreprises doivent aussi parfois répondre aux problèmes posés par l’obsolescence de leur équipement, faute d’investissements majeurs ces dernières années.

Après une période de forte contraction durant la crise de 2009, l’investissement des entreprises a rebondi, mais n’a pas bénéficié d’une dynamique vigoureuse entre 2010 et 2015. Les dépenses d’investissement ne se sont redressées que très lentement.

Nombre d’entreprises ont, en effet, été réticentes à investir en raison d'excédents de capacité et d'une demande finale anémique. Pour preuve, elles sont longtemps restées très prudentes dans leur intention de dépenses (voir graphique). Une accélération de l’investissement semble toutefois s’être initiée à partir de 2016 grâce notamment à une conjoncture économique plus favorable.

DES DEPENSES D’INVESTISSEMENT SUR LE LONG TERME

Au-delà de la conjoncture économique,  l’enjeu pour les entreprises est également de développer de nouveaux projets d’investissement, souvent coûteux, dans des domaines particulièrement novateurs.

Certaines innovations seront incontournables ces prochaines décennies. L’exploitation de données (big data), l’automatisation, l’intelligence artificielle, la numérisation, les impressions en 3D, etc… transforme(ro)nt le processus de fabrication dans les entreprises. Ces innovations assure(ro)nt une plus grande efficacité (gains de productivité) et permettront également d’adapter les produits aux attentes des clients (personnalisation des produits). Selon plusieurs bureaux d’études, le marché de la robotique et de l’intelligence artificielle pourrait atteindre 153 milliards de dollars en 2020. L'essor de ces nouvelles technologies soulève aussi des problèmes de sécurité, car elles sont souvent difficiles à gérer.

Ces dépenses d’investissement dépassent donc de simples considérations de cycle économique et s’inscrivent dans une tendance de long terme.

Encore du potentiel sur les marchés d’actions

Nous pensons que le marché d’actions poursuivra sa tendance haussière en 2018, soutenu notamment par une progression des bénéfices des entreprises. L’économie mondiale est aujourd’hui plus avancée dans son cycle et les secteurs sensibles à l’investissement devraient en profiter. L’objet de la thématique est d’investir notamment dans des entreprises des secteurs de la technologie et des biens d’équipement.

Géographiquement, cette thématique est mondiale. Elle concerne à la fois les pays développés et émergents. La reprise économique actuelle est en effet synchronisée entre les différentes zones géographiques. De même, les dépenses d’investissement de long terme dans des technologies novatrices concernent les entreprises du monde entier.

En conclusion, nous pensons que l’investissement devrait être un thème central en 2018, d’une part grâce à une conjoncture favorable, d’autre part grâce à la nécessité pour les entreprises d’investir dans des technologies novatrices.

RISQUES PRINCIPAUX

- Une conjoncture économique qui se dégraderait à cause de l’entrée en récession d’une zone économique majeure (par exemple, les Etats-Unis).

- Nette détérioration du sentiment sur les marchés boursiers, avec des investisseurs qui se détournent des actions en faveur d’actifs moins risqués. Une correction forte des marchés actions aurait des effets négatifs sur ce thème assez risqué.

- Une politique monétaire plus agressive aux Etats-Unis et la remontée plus rapide qu’attendue des taux d’intérêt pourraient perturber le thème.

- Des doutes sur les perspectives de croissance des valeurs technologiques novatrices.

 

 

Retrouvez nos 10 Thèmes d'investissement.


Retrouvez notre stratégie d'investissement sur notre app Voice of Wealth, disponible sur l'App Store et Google Play.

Ne manquez pas nos prochains articles sur les autres thèmes d'investissement pour 2018, à retrouver ici sur notre site.

Sur le même sujet