BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 27.07.2017

Réserve fédérale : Pause estivale, rendez-vous en septembre !

Edouard Desbonnets

La Réserve fédérale a laissé ses taux inchangés et a confirmé son intention de réduire son bilan dans un avenir « relativement proche ».

Vu les derniers chiffres d’inflation et la difficulté de l’administration Trump à mettre en place des réformes structurelles, nous n’anticipons plus de hausse de taux pour cette année. Nous maintenons trois relèvements de taux pour l’année prochaine avec le premier en mars.


Avant la réunion de la Réserve fédérale

Ces derniers mois l’inflation était ressortie à plusieurs reprises en deçà des attentes. Cela n’avait cependant pas empêché la Réserve fédérale de monter ses taux en juin, puisqu’elle avait estimé que la faiblesse de l’inflation était due à des facteurs temporaires. Une hausse des taux se justifiait donc, d’autant plus que l’activité économique était soutenue et que le marché de l’emploi restait vigoureux. A fin mai, l’inflation sous-jacente était ressortie à 1,4%, en chute continue par rapport à son niveau de fin de l’année dernière (1,75%).

La réduction du bilan de la Réserve fédérale (4,5Tr USD) est l’autre sujet principal des mois à venir. L’impact sur l’évolution des rendements à moyen-long terme ne sera pas neutre. Le rythme des non-réinvestissements est déjà connu, mais la date de départ et la taille cible du bilan ne le sont pas encore.


La décision de la Réserve fédérale

Comme largement attendu, la banque centrale américaine n’a pas modifié sa politique monétaire. En l’absence de conférence de presse, les investisseurs ont dû se contenter du communiqué de la Réserve fédérale. Deux points ont été particulièrement scrutés : la qualification de l’inflation et la réduction du bilan.

Le Comité a reconnu la faiblesse de l’inflation, qui persiste depuis le début de l’année, ce qui ouvre la voie à une pause dans le processus de hausse des taux.

Les investisseurs restent sur leur faim concernant la réduction du bilan, aucune précision nouvelle n’ayant été apportée dans le communiqué.

La difficulté de l’administration Trump à mettre en place des réformes structurelles (Obamacare, réformes fiscales) pèse sur les attentes d’inflation à moyen terme. Vu les derniers chiffres d’inflation, nous n’anticipons plus de hausse de taux pour cette année. Nous maintenons trois relèvements de taux pour l’année prochaine avec le premier en mars. Quant à la réduction du bilan, celle-ci étant moins liée à l’inflation, nous pensons que Janet Yellen l’annoncera en septembre, pour effet en octobre.


Les premières réactions sur les marchés

Le statut quo était largement anticipé, mais le marché a jugé le communiqué plutôt accommodant sur les perspectives de hausse des taux, ce qui a poussé les rendements américains à la baisse et l’EUR/USD plus haut. Le rendement à 2 ans a perdu 2pb à 1,36% et 10 ans a baissé de 4bp à 2,29%. L’ EUR/USD a passé les 1,17. Les marchés actions ont clôturé à des niveaux records, poussés également par des résultats d’entreprise meilleurs qu’attendus, +0,45% pour le Dow Jones,+0,34% pour le Nasdaq et +0,03% pour le S&P. Les prix du pétrole n’ont pas été affectés par la Réserve fédérale. En Europe, les contrats à terme suggèrent que les marchés actions devraient ouvrir en légère hausse.