BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 10.11.2017

Changement de tendance pour l’EUR/USD ?

Guy Ertz

Les attentes d’un ralentissement de la croissance américaine en 2019 devraient mener à un affaiblissement progressif du dollar l’année prochaine.

Modification de scénario à moyen terme

L’économie américaine restera un moteur de croissance important l’année prochaine comme suggéré par les principaux indicateurs. De plus, nous attendons des effets positifs des réformes de taxes au début de 2018.

Il y a cependant trois raisons qui nous poussent à voir un ralentissement en 2019. En effet, le cycle économique américain arrivera à maturité, les effets positifs des réformes fiscales pourraient être moins marqués, et la Fed aura déjà monté ses taux à plusieurs reprises d’ici à la fin 2018. La croissance retomberait donc de 2,7% en 2018 à 1,9% en 2019. Le repli devrait être plus marqué aux États-Unis qu’en Europe.

Nous avons modifié nos prévisions quant à  la banque centrale américaine. Elle saisirait l’occasion de monter son taux directeur dès décembre et procéderait à trois hausses en 2018. Nous ne prévoyons plus de modifications de taux en 2019. Cela signifie aussi que nous anticipons à présent une hausse de taux moins forte. Le taux directeur de fin cycle est estimé à 2,25% (précédemment 2,5%). Ceci suggère aussi un objectif 12 mois pour le rendement d’une obligation 10 ans américaine moins élevée. Nous révisons notre objectif à 2,75% (3% précédemment). Côté européen, le recul de la croissance en 2019 devrait être moins important. Nous ne voyons pas de raison de changer nos prévisions pour la BCE et attendons la fin du programme d’achat obligataire lors du dernier trimestre 2018, suivit peu après par une remontée vers zéro du taux de dépôt. Le taux directeur ne serait augmenter que fin 2019. Notre objectif à 12 mois pour le taux de rendement de l’obligation 10 ans de l’état allemand reste à 1%.

Les changements de prévisions impliquent une réduction de différentiels (spread) entre les rendements entre les États-Unis et la zone euro. Nous changeons donc notre prévision à 12 mois du dollar et le voyons s’affaiblir en cours d’année prochaine alors que les marchés prennent en compte la possibilité d’un ralentissement de croissance américaine. Le dollar devrait donc s’affaiblir vers 1,20 dans un an (valeur pour un euro). D’après l’OCDE, la juste valeur à long terme (« Parité de pouvoir d’achat » ou PPA) est de 1,30.
 

Renforcement temporaire du dollar à court terme

À court terme, nous voyons plusieurs facteurs pouvant favoriser une appréciation du dollar, ceux-ci sont politiques, techniques et fondamentaux.

La formation d’un gouvernement en Allemagne reste difficile et pourrait durer plus longtemps que précédemment anticipé. Les élections de décembre en Catalogne pourraient aussi faire ressurgir un certain nombre d’incertitudes. L’environnement économique actuel reste favorable des deux côtés de l’Atlantique, même si l’amélioration a été plus marquée aux États-Unis dernièrement. Les anticipations de réformes fiscales devraient continuer à soutenir l’optimisme même si nous n’attendons pas de vote avant janvier.

Nous prévoyons que la Fed annonce une nouvelle montée du taux directeur au prochain rendez-vous de décembre et y répète sa volonté de continuer le cycle haussier en 2018. De plus, nous pensons que la banque centrale continue sa réduction de bilan, poussant ainsi les rendements obligataires américains à la hausse à court terme. La BCE quant à elle a annoncé qu’elle va prolonger son programme d’achat obligataire tout en diminuant les montants mensuels. Elle a toutefois surpris par un ton assez prudent. Cela devrait se poursuivre dans les prochains mois.

En termes techniques, l’euro n’a pas réussi à dépasser la résistance de 1,185 contre le dollar. Un test des prochains niveaux de supports autour de 1,15 puis de 1,13 (proche de la moyenne mobile à 200 jours) est probable. Notre prévision à trois mois reste inchangée à 1,13.