BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 29.01.2019

Marchés chinois : profiter de l’internationalisation des marchés financiers

THEME 3

La libéralisation de la Chine a continué de s'accélérer avec l'ouverture accrue de ses marchés boursiers, obligataires et monétaires.  En 2018, le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures visant à assouplir les restrictions sur l'accès des investisseurs étrangers au marché financier intérieur.

L'inclusion d'un nombre croissant d'actions et d'obligations onshore (cotées uniquement en Chine continentale, appelées également actions A) dans les principaux indices internationaux marque une étape importante dans l'internationalisation des marchés de capitaux chinois, qui devrait se traduire par une hausse des entrées de capitaux sur le marché intérieur à moyen et long terme à 100 milliards de dollars (voire 1000 milliards de dollars).

Theme d'investissement 3 | BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

NOS RECOMMANDATIONS

La stratégie d'internationalisation de la Chine repose sur trois leviers financiers : le marché des actions A, le marché obligataire onshore et le marché des devises (Renminbi (RMB)).

Depuis la correction de 2018, beaucoup d'actions A chinoises offrent une bonne visibilité sur les bénéfices, malgré des valorisations dégradées. Il est possible d'investir dans des actions de catégorie A par le biais du programme Stock Connect (visant à établir une interconnexion entre les marchés boursiers de la Chine continentale et de Hong-Kong). Il est aussi possible d’investir dans un portefeuille d'actions A par le biais d'ETF et de fonds communs de placement ou sur le marché obligataire onshore via des fonds communs de placement.

Les bénéficiaires de la hausse des règlements transfrontaliers en RMB sont les banques disposant de réseaux régionaux et/ou couvrant les marchés émergents et qui fournissent des services de règlement en devises et de financement du commerce. Les bourses pourraient également bénéficier de la cotation secondaire des produits financiers chinois libellés en RMB.

Il s'agit d'un thème d'investissement pluriannuel. L'horizon d'investissement recommandé est supérieur à 1 an.

 

L'inclusion dans les principaux indices internationaux est le moteur des flux à long terme

L'année dernière, les fabricants d'indices ont été plus nombreux à annoncer l'inclusion initiale ou continue d'actions et d'obligations « onshore » chinoises dans leurs principaux indices, grâce à la robustesse des programmes Stock Connect et Bond Connect, à l'amélioration de l'accessibilité du marché (avec notamment le quadruplement de la limite quotidienne dans Stock Connect et la baisse visible du nombre de suspensions de cotation), ainsi qu'aux réformes menées par le gouvernement chinois.

1.  L'inclusion d'un nombre croissant d'actions A chinoises dans l'indice MSCI :

Après le succès de l'intégration de 5 % des actions A chinoises en 2018, MSCI a recommandé d'augmenter le facteur d'inclusion des actions A chinoises de grande capitalisation à 20 % en 2019 et d'élargir les actions A éligibles aux actions ChiNext et aux moyennes capitalisation au cours de cette période de deux ans. Au terme de la réalisation de l'objectif de 20 % d'ici 2020, la pondération des actions A chinoises dans l'indice MSCI China passera de 2,3 % à 10,8 %, de 0,7 % à 3,4 % dans l'indice MSCI EM, de 0,9 % à 4,0 % dans l'indice MSCI Asia ex Japan et de 0,1 % à 0,4 % dans l'indice MSCI AC World. 

2.  L'inclusion initiale des actions A chinoises dans le FTSE :

Le FTSE (Financial Times Stock Exchange) a annoncé qu'il allait intégrer des actions A chinoises avec un facteur d'inclusion de 25 % sur ces deux années. À la fin de 2020, les actions A chinoises représenteront environ 5,9 % de l'indice FTSE All Cap EM et 0,6 % de l'indice FTSE All-World All Cap

D'après les anticipations de marché, les flux liés aux fonds passifs et actifs dans le sillage des vagues d'inclusion de MSCI et de FTSE devraient atteindre environ 100 milliards USD d'ici à la fin de 2020. L'inclusion des actions A chinoises dans l'indice MSCI a élevé l'intérêt des investisseurs étrangers pour le marché actions domestique, tandis que l'inclusion prochaine d'obligations onshore devrait avoir un impact bien plus important

3.   L'inclusion initiale d'obligations onshore dans l'indice Bloomberg Barclays :

Bloomberg a annoncé en mars 2018 l'inclusion des emprunts d'État et des obligations de banques d'État dites de « politique économique » dans l'indice Bloomberg Barclays Global Aggregate, qui sera mise en œuvre selon un calendrier de 20 mois à compter d'avril 2019. En novembre 2020, l'indice devrait inclure 386 obligations chinoises libellées en devise locale, soit 5,5 % de l'indice qui représente 54 000 milliards USD. C'est un grand pas vers la reconnaissance mondiale du marché obligataire chinois dont la valeur s'élève à 12 000 milliards USD. 

Si deux autres grands indices obligataires internationaux, à savoir l'indice JP Morgan Government Bond Index - Emerging Markets et l'indice Citi World Government Bond Index, suivent cette tendance, cela marquerait un tournant pour le marché obligataire chinois, sans parler du potentiel inexploité du marché des obligations d'entreprises chinoises libellées en devise locale.

L'internationalisation du RMB

Depuis l'inclusion du RMB en tant que devise de réserve dans le nouveau panier de valorisation des droits de tirage spéciaux (lancés par le FMI en 2016), les règlements transfrontaliers en RMB ont été peu nombreux mais la tendance est à la hausse. La « Belt and Road » Initiative de la Chine sera un moteur important pour propulser le RMB sur la scène internationale dans un contexte de hausse des échanges et des investissements transfrontaliers en RMB.

Les principaux bénéficiaires de cette tendance sont les institutions financières impliquées dans le processus de règlement, telles que les banques dotées de réseaux régionaux et/ou de réseaux couvrant les marchés émergents.  En outre, certaines bourses sont appelées à récolter les bénéfices de la cotation secondaire d'un nombre croissant de produits financiers chinois, libellés en RMB.

 

En conclusion

La participation des investisseurs étrangers sur le marché financier onshore continuera de croître à partir d'une base encore faible. Dans un contexte où Pékin continue d'améliorer l'accès aux marchés, d'encourager une plus grande transparence et de réformer son cadre réglementaire et juridique, les principaux indices boursiers internationaux devraient accélérer l'inclusion des valeurs chinoises, ce qui devrait progressivement se traduire par des entrées massives de capitaux sur le troisième plus grand marché d'actions (qui comprend les bourses de Shanghai et Shenzhen) et sur le troisième plus grand marché obligataire du monde à long terme.

PRINCIPAUX RISQUES

Les principaux risques liés à l'investissement dans ce thème sont les suivants :

1. La croissance chinoise ralentit beaucoup plus vite que prévu (scénario d'atterrissage brutal), ce qui pèse sur le sentiment des investisseurs à l'égard de la Chine.  

2. Une nouvelle phase de tensions commerciales sino-américaines.

3. Le RMB subit une dépréciation désordonnée.

4. Plusieurs signes laissent présager un arrêt ou une inversion du processus de libéralisation des marchés de capitaux mené par les autorités chinoises.

5. Pas de nouvelle inclusion d'obligations et d'actions onshore dans les principaux indices internationaux compte tenu des nombreuses restrictions toujours en place.