BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 15.12.2014

Stratégie d'investissement décembre 2014

Florent Bronès


À l'approche de 2015, les prix du pétrole sont en baisse de 35 %. Même si de nombreux facteurs ont contribué à ce phénomène, la demande réelle en pétrole a bel et bien été inférieure aux anticipations, alors même que les producteurs de pétrole hors OPEP ont augmenté leur production en juillet dernier. Par conséquent, ce recul des prix du pétrole ne crée pas seulement des problèmes de financement pour certains pays comptant sur leurs revenus pétroliers pour équilibrer leur budget, mais il empêchera aussi la stabilisation plus qu'indispensable de leur part de marché à court terme. De plus, il aura des répercussions importantes sur les taux d'intérêt. D'une part, le recul des prix du pétrole entraînera un rebond du pouvoir d'achat des consommateurs et une baisse du coût des entreprises dans les pays importateurs. Mais, d'autre part, il aura aussi pour conséquence une diminution marquée des rendements obligataires, ce qui va assombrir la perspective d'une reprise économique anticipée à la mi-2015. L'inflation restant toujours dans la fourchette visée par la BCE dans le cadre de sa mission de stabilité des prix, la possibilité d'un programme d'assouplissement quantitatif a été vivement débattue. Il faudra faire preuve d'un peu de patience pour connaître les modalités d'une telle option.


1. Chute marquée des prix du pétrole
2. Quelle orientation pour les taux d'intérêt ?
3. Maîtriser l'inflation
4. Recommandations