BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#ISR — 18.04.2016

La fin des idées reçues sur l’Investissement Socialement Responsable (ISR)

Eleonore Bedel

L’Investissement Socialement Responsable (dit ISR) est l’application du concept de développement durable aux placements financiers.

L’offre de produits financiers ISR a pour objectif d’apporter au delà d’une performance financière, une plus-value sociale et/ou environnementale. L’ISR souffre encore de nombreux préjugés de la part des investisseurs privés aux idées reçues les plus fréquentes sur le sujet.



ISR = RSE = Développement Durable !

C’est faux ! Il est vrai que l’on fait malheureusement souvent un amalgame entre ces différentes notions :

  •  Le développement durable est un « développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs ».

  • La RSE, ou Responsabilité Sociétale des Entreprises est la déclinaison du développement durable au monde de l’entreprise. C’est la façon dont l’entreprise intègre les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (dits critères ESG) dans sa stratégie et dans sa politique générale.

  • L’ISR, ou Investissement Socialement Responsable, est la façon dont les investisseurs intègrent le développement durable et la RSE dans leurs choix d’investissement.

 

L’ISR n’a pas d’impact environnemental et social sur l’économie

Bien au contraire ! l’ISR est une forme d’investissement qui, parallèlement à la recherche de performance financière, vise à générer une valeur ajoutée sociale ou environnementale. Pour atteindre cet objectif, la gestion ISR intègre systématiquement des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance d’entreprise (ESG) dans l’évaluation et la sélection des entreprises. Cette analyse ESG, qui provient soit d’agences de notation extra financière spécialisées, soit des sociétés de gestion, permet aux entreprises de prendre connaissance de leurs axes d’amélioration environnementaux et sociaux.

Par ailleurs, les sociétés de gestion les plus responsables dans leur démarche ISR s’attachent à établir un dialogue constructif avec les entreprises de tous secteurs afin qu’elles améliorent leurs pratiques ESG. Pour ce faire, ces sociétés de gestion collaborent souvent avec leurs concurrentes qui poursuivent le même but. Cette démarche, appelée « engagement actionnarial », porte ses fruits car on note un progrès sensible des pratiques ESG des entreprises depuis les 15 dernières années. Elle est ainsi directement attribuable aux fonds ISR.

 

Il ne devrait pas y avoir d'actions Total dans un fonds ISR

Cela dépend des types de fonds ISR ! Dans le cadre d’un fonds généraliste multi-secteurs dit «Best-in-Class», l’économie est financée dans sa globalité. Par conséquent, cela sous-entend que tous les secteurs sont analysés et peuvent être intégrés dans un portefeuille «ISR». C’est le cas du secteur pétrolier et des autres secteurs de l’économie perçus comme peu responsables. Si Total est meilleur - ou moins mauvais - que ses concurrents sur des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) actuellement, alors il se peut qu’il soit dans un fonds ISR. L’intérêt est ici d’accompagner toutes les entreprises dans l’amélioration durable de leurs pratiques ESG au travers de l’engagement actionnarial.

En revanche, un fonds thématique se concentre uniquement sur les secteurs de l’économie apportant une réponse aux enjeux sociaux et environnementaux, comme les énergies renouvelables, la gestion de l’eau et des déchets, le commerce équitable, etc. Le secteur pétrolier en est donc exclu.

 

Les fonds ISR ne sont pas performants

Au contraire …  Les transformations sociétales, économiques et environnementales de nos sociétés sont inévitables. Si elles remettent en cause la rentabilité de certains secteurs, elles offrent en parallèle, de nouvelles opportunités pour les entreprises qui anticiperont ces changements. Ces secteurs représentent donc de réelles opportunités d’investissement.  Par ailleurs, la démarche consistant à appliquer un filtre extra-financier en complément de l’analyse financière assure une meilleure connaissance et prise en compte de l’ensemble des risques inhérents à l’entreprise.

A ce titre,  l’historique de performance affiché par ce secteur depuis plus de 10 ans le confirme. L’indice ISR « MSCI-KLD 400 », le plus ancien existant à ce jour, composé des 400 sociétés nord-américaines les mieux notées du point de vue social et environnemental, a systématiquement surperformé son homologue traditionnel, l’indice Standard & Poor’s 500.  Ceci démontre qu’investir de manière responsable n’implique pas de renoncer à la performance financière.