BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 16.02.2017

Marchés obligataires : quelles perspectives ?

Francesca Rinaldi

Un point rapide sur les tendances actuelles sur les marchés obligataires en Europe et en Asie

Les marchés obligataires en Europe

Depuis fin janvier, les obligations souveraines de la zone euro ont fait l’objet de volatilité. Parallèlement, le regain de croissance et l’inflation plus élevée que prévu ont influé sur les rendements à long terme, les attentes concernant la réduction progressive de la politique d’assouplissement quantitatif menée par la BCE ayant augmenté. Quoi qu’il en soit, la semaine dernière, l’aversion pour le risque a repoussé les rendements des obligations des pays « core » (le Bund à 10 ans s’est replié, passant de 45 pb à 30 pb).

Aux États-Unis, après l’enthousiasme initial suscité par les politiques économiques du président Donald Trump, les investisseurs semblent évaluer les éventuelles conséquences sur certains marchés du discours de plus en plus protectionniste du nouveau gouvernement américain et de la confusion que fait naître sa politique d’immigration.

Toutefois, la façon dont la politique américaine évoluera sera également un facteur important pour les autorités de la zone euro. Si l’évolution la moins souhaitable se concrétise, cela renforcera vraisemblablement les risques politiques internes auxquels la zone euro sera confrontée en 2017 et réduira la capacité de la BCE à engager une stratégie de sortie.

Les spreads des obligations périphériques se sont resserrés ces derniers jours par rapport aux niveaux très élevés au-delà de la précédente fourchette du PSPP où ils évoluaient (France et Italie). Compte tenu de l’imminence des élections aux Pays-Bas et en France, nous anticipons un nouveau regain de volatilité dans un contexte d’évolution latérale global au cours des prochaines semaines.

 

Les marchés obligataires en Asie

Sur le marché asiatique, les échanges ont repris après les congés du Nouvel An, avec une activité relativement faible en termes de nouvelles émissions sur le marché primaire. Le total des émissions s’est élevé à 4,7 milliards USD, dont 2 milliards USD d’obligations à taux fixe et variable à 3 ans et d’obligations à taux fixe à 5 ans de Bank of China. Shanghai Pudong Development Bank a émis un billet à 3 ans en USD. En ce qui concerne les titres à haut rendement, Neerg Energy et BUMA ont tous deux émis des obligations 5NC3 en USD, tandis que Pakuwon Jati émettait une obligation 7NC4 en USD. Du côté des entreprises chinoises, on relève deux nouvelles émissions, Future Land Development USD 3 ans et China Singyes Solar Technologies USD 2 ans.

Le marché secondaire a fait l’objet d’un léger mouvement de reprise en début de semaine lié à l’évolution des bons du Trésor américain, suivi de quelques prises de bénéfices en fin de semaine. En ce qui concerne les titres asiatiques Investment Grade, les échanges ont essentiellement concerné les valeurs financières, les titres d’entreprises, les services aux collectivités et les secteurs du pétrole et du gaz. Les investisseurs sont soucieux de faire fructifier leur argent et la demande en faveur des obligations n’a pas fléchi. Le spread de référence s’est resserré de 2 à 4 pb globalement et l’indice JACI IG a clôturé à 177 pb. Les titres asiatiques à haut rendement ont fait l’objet d’un flux bidirectionnel constant assorti d’un bon soutien technique. Les titres immobiliers et les valeurs industrielles ont clôturé la semaine à peu près inchangés.

Nous adoptons un positionnement défensif vis-à-vis du sentiment de confiance qui règne actuellement sur le marché.