BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 22.12.2015

Le pouvoir de la foule

Le financement participatif va-t-il prendre le pas sur l'Angel Investment et le capital-risque ?

Il est bien plus facile de lancer une entreprise aujourd'hui qu'il y a dix ans. Des technologies innovantes ont ouvert la voie à de nouvelles façons de lever des fonds pour les start-ups, rendant ainsi le capital plus accessible pour les innovateurs qui n'auraient pas pu y avoir accès auparavant. Par conséquent, plus que jamais, avant d'aller voir des investisseurs potentiels, un entrepreneur se doit d'examiner le pour et le contre des différentes options de financement qui s'offrent à lui. Penchons-nous rapidement sur les « trois grandes » options de financement.


Angel Investment ou capital-risque


Pourquoi y a-t-il des angels ? Après tout, si l'on se base uniquement sur la définition, les deux sont en apparence similaires. Comme les capital-risqueurs, les business angels investissent dans le développement d'une entreprise en contrepartie d'un rendement supérieur à la moyenne. Toutefois, ce qui fait la spécificité des angel investors c'est qu'en plus de l'attrait d'un retour sur investissement futur, ils sont généralement motivés par l'altruisme, le désir de voir de nouvelles entreprises parfois innovantes se développer et prospérer. Dans cet esprit, il sera généralement dans l'intérêt de l'angel investor de ne pas uniquement fournir un soutien financier, mais aussi des conseils et d'autres types de moyens à l'entreprise dans laquelle il ou elle investit. En revanche, un capital-risqueur Iambda est davantage motivé par les bénéfices (purs et durs), car il cherche uniquement à investir dans les entreprises qui offrent sécurité et retour sur investissement plus élevé. Par conséquent, il n'est pas surprenant que les angel investors investissent généralement dans des entreprises risquées de plus petite taille que les capital-risqueurs, qui investissent normalement au moins 2 millions USD. Néanmoins, même si les investissements en capital-risque ont atteint un record historique de 34 milliards USD au deuxième trimestre 2015, on a constaté depuis lors une baisse notable des opérations en Europe et aux États-Unis. Cela reflète-t-il la montée en puissance du financement participatif ?


Le pouvoir de la foule


Le concept du financement participatif a d'abord été méprisé par les investisseurs professionnels qui l'estimaient trop idéaliste. Toutefois, selon le rapport annuel du cabinet d'études Massolution, le secteur du financement participatif a le vent en poupe et devrait prendre le pas sur le capital-risque et l'angel investing d'ici 2016. Avec une valeur de marché estimée à 34 milliards USD en 2015, le financement participatif a fait du chemin depuis sa valorisation de 880 millions USD il y a cinq ans à peine.

Qu'est-ce que le financement participatif en fin de compte ? Et qu'est-ce qui fait son succès ? Par définition, le financement participatif consiste à lever des fonds auprès de la communauté en ligne afin de financer tout type de projets.  Paradoxalement, contrairement à ce que l'on pourrait croire, les secteurs « non conventionnels » comme la musique, la vidéo, les films et les arts de la scène, ne sont pas les seuls attirés par le financement participatif. Le commerce et l'entrepreneuriat restent les catégories de financement participatif les plus populaires. Avec 6,7 milliards USD collectés en 2014, ces deux secteurs représentent plus de 40 % du volume total de ce type de financement. Les causes sociales (3,06 milliards USD) et l'immobilier (1,01 milliard USD) viennent compléter ce top cinq.

Le capital-risque et l'angel investing représentent peut-être environ 30 milliards USD et 20 milliards USD par an respectivement, mais la Banque mondiale estime que le financement participatif atteindra 90 milliards USD d'ici 2020. Cela étant dit, s'il continue de doubler d'une année sur l'autre, il pourrait très bien atteindre ce chiffre d'ici 2017 ! Un nouveau marché des capitaux gigantesque est en train de prendre forme sous nos yeux. Il ne faut donc pas sous-estimer le pouvoir de la foule !

Pour finir, qu'il s'agisse des adeptes des angel investments ou du financement participatif ou encore les capital-risqueurs, ils apportent tous des capitaux en échange d'une participation dans une entreprise. Ce qui les différencie principalement c'est le montant de la participation dans l'entreprise qu'ils sont disposés à prendre ! Par conséquent, à quoi pourriez-vous renoncer et à quel prix ?