BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 13.03.2017

Perspectives du marché actions

Roger Keller

Vers un positionnement neutre à court terme (3 mois) tout en restant positif à moyen terme (9-12 mois)

Les marchés actions ont gagné 16% au cours des 12 derniers mois. Le 9 mars, ils célébraient 8 années de tendance haussière. Et il n’y a aucune raison de craindre que cela cesse. Le risque d'une hausse de la volatilité est toutefois bien réel, en particulier dans les prochains mois.

Vers un positionnement neutre à court terme (3 mois)

Le marché actions mondial a dépassé sa prouesse de mai 2015, établissant de nouveaux records historiques. Au cours des 12 derniers mois, il a grimpé de 16%. Un positionnement neutre sur les actions au cours des 3 prochains mois se justifie à la fois par des raisons fondamentales et techniques. 

Sur le plan fondamental, tout d’abord, les surprises économiques sont en territoire positif à un niveau sans précédent, ce qui signifie qu’il faut craindre un retour à la moyenne; deuxièmement, l’indice de diffusion des indicateurs avancés a atteint des niveaux élevés avant de connaître un ralentissement récemment; et troisièmement, l’écart croissant entre les rendements des bons du Trésor à 10 ans et à 2 ans signifie que la volatilité devrait augmenter au cours des deux prochaines années, ce qui ne devrait pas être surprenant à ce stade avancé du marché haussier. Etant donné la relation favorable entre les marchés actions et les trois facteurs que nous venons de mentionner, qui s'explique par la nature anticipatoire des indicateurs avancés comme des marchés financiers, le positionnement neutre à ce stade semble pleinement justifié, en particulier au vu d’un potentiel haussier devenu limité. 

Sur le plan technique, les marchés sont manifestement en situation de surachat et d’excès de confiance. Les risques politiques, pourtant nombreux, ont été balayés d’un revers de main: le cycle électoral très dense en Europe, avec une grande animosité à l'égard des partis traditionnels, les négociations du Brexit qui doivent commencer dans les prochains mois, une forte incertitude à propos des mesures de relance aux Etats-Unis (calendrier et ampleur) et les menaces protectionnistes, pour ne citer que les plus importants. Une volatilité accrue s'emparera vraisemblablement des marchés dans les prochains mois, en particulier à l'approche des grandes échéances politiques. Dans le cas d’un mouvement baissier de plus grande ampleur, celui-ci se révélerait très probablement de courte durée, grâce au contexte économique favorable et à l’accélération de la croissance bénéficiaire, qui devraient stimuler les esprits animaux et une migration des obligations vers les actions au cours des trimestres suivants.

En résumé, nous adoptons un positionnement neutre pour les trois prochains mois, car les marchés reflètent déjà nombre des points fondamentaux positifs que nous attendons et leur situation de surachat les rend vulnérables aux craintes politiques; les perspectives à moyen terme restent solides et nous maintenons notre opinion selon laquelle les actions constituent l’investissement à privilégier.

Sur le même sujet