BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 19.02.2016

Obligations High Yield : comment certains émetteurs rassurent les investisseurs !

Thierry Trigo

Confrontés à des difficultés opérationnelles profondes, des émetteurs réputés du marché High Yield Euro ont trouvé les moyens de générer du cash. C’est une nouvelle positive pour le marché du High Yield Euro dans son ensemble.

Qui sont ces émetteurs et pourquoi devaient-ils réagir ?

Le prix des obligations de certains émetteurs tels qu’ArcelorMittal, Abengoa, Areva, Rallye, Vallourec, Nyrstar, CGG et Repsol. était sous pression, en raison de difficultés financières intrinsèques d’une part (chute des cash flows générés par leur activité, consommation de leurs propres liquidités, endettement en hausse, etc…) et d’obligations à rembourser en 2016 ou début 2017 d’autre part. En effet, ces émetteurs risquaient de ne pas disposer du cash suffisant pour simplement rembourser ces obligations quand elles arriveront à échéance. Ils ne pouvaient pas non plus les refinancer en émettant de nouvelles obligations plus longues, en raison du contexte actuel de forte volatilité sur le marché obligataire du High Yield. Enfin, un soutien supplémentaire des banques n’était  pas non plus aisé à obtenir au regard des contraintes de fonds propres qui leur sont imposées et des perspectives toujours négatives sur certains secteurs d’activité (pétrole, sidérurgie, etc…). La perspective funeste d’un défaut de paiement est-elle évitable pour ces groupes industriels ? Probablement.

 

Une prise de mesures appropriées dans le but de générer les liquidités manquantes

A l’approche de la publication de leurs résultats, le management de ces groupes a communiqué afin de rassurer les investisseurs créanciers. Les mesures annoncées récemment devraient être efficaces, permettant au rating de ces émetteurs de ne plus baisser, mais doivent encore être finalisées pour la plupart d’entre elles. Il s’agit notamment de :

  • Cession d’activités non stratégiques : Nyrstar (intégralité de ses activités minières), Vallourec (réorganisation industrielle mondiale), Repsol, Areva (vente d’Areva NP à EDF), CGG (réduction de sa flotte de navires d’exploration sismique), Rallye (réduction du portefeuille d’investissement), Abengoa (activités de biocarburant, participation dans la centrale solaire Shams-1), ArcelorMittal (participation dans Gestamp pour 1 Md de USD).
  • Augmentation de capital : Vallourec (Etat français et groupe industriel japonais), Areva (recapitalisation par l’Etat français), Nyrstar (opération réalisée de 274M d’Euros), CGG (opération réalisée de 350M d’Euros), ArcelorMittal (3Mds de USD prévue).
  • Accélération des synergies suite à une acquisition récente : Repsol (suite à l’acquisition de Talisman en 2015).
  • Réduction marquée des investissements (Capex) : Repsol, ArcelorMittal.
  • Suspension du paiement du dividende sur l’action : ArcelorMittal.
  • Restructuration de la dette : Abengoa (probable acceptation d’une perte de 60% à 80% par les créanciers obligataires).
  • Soutien des banques : CGG (assouplissement des covenants bancaires grâce à l’augmentation de capital réalisée), Abengoa (nouvelles lignes de crédit si le plan de viabilité est accepté).

Contrairement à ce qu’anticipaient récemment les marchés, le pire n’est jamais certain. L’impact sur le prix des obligations concernées a été positif. Mais ces mesures seront-elles suffisantes ?

Il est probable que d’autres efforts seront annoncés par le management de ces groupes, encore sous pression (augmentations de capital, réductions de dividendes, etc….). La confiance des investisseurs doit être consolidée. Mais il faudrait également que le prix du pétrole se stabilise et que le sentiment globalement négatif sur la croissance mondiale disparaisse afin que ces émetteurs puissent se refinancer le moment voulu sur le marché obligataire comme ils le faisaient avant la période de crise actuelle.

 

Sociétés citées

Nyrstar : groupe industriel belge de recyclage et fonte de métaux

Repsol : compagnie pétrolière espagnole

Areva : groupe français dans les métiers du nucléaire

CGG : entreprise française spécialisée dans l’exploration du sous-sol

Rallye : holding financière du groupe Casino Guichard Perrachon

Abengoa : groupe industriel espagnol du secteur de l’énergie

ArcelorMittal : groupe sidérurgique luxembourgeois, 1er producteur d’acier au monde

Vallourec : groupe français, leader mondial de la fabrication de tubes en acier sans soudures, destinés aux marchés de l’énergie et de l’industrie