BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 18.10.2018

Stratégie marchés émergents : nos dernières recommandations

Guillaume Duchesne

Em

Marchés émergents : nous devenons positifs

Les marchés émergents ont été à la peine. Ils ont perdu 16 % (en dollar) depuis le début de l'année. Le resserrement de la liquidité mondiale a pesé sur les marchés émergents en exposant les pays les plus vulnérables tels que la Turquie ou l'Argentine et a conduit à une réévaluation générale du risque des marchés émergents porté par : 1/ La vigueur du dollar américain 2/ Le risque persistant de nouvelles tensions commerciales 3/ Le ralentissement de la croissance en Chine et la dépréciation de sa monnaie.

Néanmoins, nous sommes confiants. Certains facteurs qui conditionnent les actifs des marchés émergents sont positifs : 1/ L'économie mondiale, qui continue de se développer au-dessus de son potentiel, devrait permettre aux bénéfices des émergents de croître à un rythme à deux chiffres. 2/ Les valorisations sont raisonnables (par rapport aux États-Unis, notamment), en particulier après la récente correction : le ratio P/E est de 10,9x, en dessous de sa moyenne sur 5 ans (11,7x). 3/ La majeure partie de l’endettement est en devise locale. 4/ La plupart des pays émergents ont une position extérieure solide (à l'exception de l'Argentine, de la Turquie et de l'Afrique du Sud).

En d'autres termes, les conditions sont en place pour que les marchés émergents  surpassent les marchés développés à moyen terme. À court terme, les tensions commerciales et ses impacts vont peser sur les prix, créant de bonnes opportunités d'achat, selon nous.

Même si nous ne prévoyons pas une crise systémique sur les marchés émergents, des troubles intérieurs dans un des grands pays émergents pourraient éventuellement perturber, à court terme, les marchés émergents.

Notre préférence va à l'Asie, en particulier la Chine, ainsi qu’à l'Europe centrale. Nous sommes par ailleurs moins négatifs sur certains pays qui ont largement sous-performé. Nous sommes donc passés de négatif à neutre sur le Mexique le mois dernier. Ce mois-ci, nous avons revu à la hausse notre opinion sur la Turquie et le Brésil, également de négatif à neutre.