BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Entrepreneurs — 22.03.2017

Réveiller l’industrie du sommeil

Interview avec Philip Krim, PDG de Casper

Fondé par 5 jeunes entrepreneurs qui se sont rencontrés en 2013 dans un espace de co-working à New York, Casper fabrique des matelas et les commercialise en ligne. Philip Krim raconte comment il a créé, avec ses associés, une entreprise qui pèse aujourd'hui USD 550 millions.

entrepreneur-philip-krim

Philip Krim était encore étudiant quand il a créé sa première société. À 33 ans, il est aujourd’hui co-fondateur et directeur général de la société new-yorkaise Casper, fabricant du matelas « bed-in-a-box » qui a séduit des investisseurs célèbres tel que Leonardo DiCaprio et a tiré le secteur de la literie de sa torpeur.

Le concept de Casper est simple : la société commercialise un modèle unique de matelas, composé de latex souple et de mousse haute densité à mémoire de forme, dont le design et les matériaux ont été sélectionnés à l'issue de milliers de tests. Le matelas est livré directement au client dans un carton de la taille d’un petit réfrigérateur.

À l’ouverture du carton, le matelas se déroule et reprend sa forme et sa taille – un phénomène étonnant qui fait fureur sur les réseaux sociaux. Les vidéos et photos en témoignant abondent sur Youtube et Instagram. La marque est ainsi particulièrement appréciée des millennials technophiles mais pas seulement. Comme le souligne Philip Krim, toutes les tranches d'âges se laissent séduire.

Quel a été votre parcours entrepreneurial ?

P.K. J’étais en deuxième année à l’université du Texas quand j’ai créé ma première entreprise, tout à fait par hasard. C'est via la programmation HTML, à laquelle je m'initiais, que je suis tombé dans l’e-commerce. J'ai dirigé mon site marchand Merrick Group pendant 10 ans. Puis, alors que je travaillais à New York pour Vocalise Media – une agence de publicité et de développement de technologies mobiles à destination des PME – je l'ai intégrée à un accélérateur de start-up.

Comment est né Casper ? Pourquoi avoir choisi de vendre des matelas ?

P.K. J’ai rencontré les quatre co-fondateurs de Casper dans un espace de co-working. Nous nous sommes retrouvés autour de cette envie de changer la façon dont sont perçus les produits de literie. Nous étions d'accord pour dire qu’acheter un matelas restait l’une des pires expériences qui soit pour le consommateur. Ma première entreprise m'avait permis de voir comment les clients étaient traités lorsqu'ils souhaitaient acheter un matelas en magasin. J’ai compris comment chaque détaillant pouvait prétendre garantir “le meilleur prix”. J’ai découvert que l’oligopole des fabricants travaillait en étroite collaboration avec le monopole des vendeurs spécialisés pour créer un marché totalement opaque. Casper est devenu pour nous une évidence quand nous avons acquis la conviction que, non seulement nous pouvions offrir une meilleure expérience d’achat en court-circuitant les intermédiaires, mais aussi que nous pouvions le faire avec un produit qui était indiscutablement le meilleur de sa catégorie.

Vous considérez que, sur le marché du matelas, le choix n'est qu'une illusion ? 

P.K. Dans ce secteur, le choix vise surtout à entretenir le consommateur dans l'idée que pour trouver le bon matelas, il doit se rendre dans une boutique spécialisée. Alors qu'en réalité, on peut vendre un modèle de matelas qui convienne à tout le monde. Le secteur hôtelier l'a très bien compris – et généralement les gens dorment très bien à l’hôtel. Nous avons repris cette idée et décidé de créer un modèle unique conçu pour tous les types de dormeurs et qui évite au client de se perdre dans la jungle des faux choix.



A suivre la seconde partie de cette interview !