BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Entrepreneurs — 28.11.2016

Les entrepreneurs, ces fins stratèges

On imagine souvent que les entrepreneurs n’investissent leur fortune que dans leurs propres business. Un stéréotype que la 3ème étude Entrepreneurs BNP Paribas Global déconstruit avec méthode.

Pour les 2650 entrepreneurs Elite interrogés en exclusivité et en partenariat avec Scorpio Partnership dans 21 pays, la clé, c’est en effet la diversification. Que ce soit dans le private equity, les actions, les obligations ou encore l’immobilier.

Ainsi, en moyenne, les entreprises qu’ils possèdent en propre ne contribuent qu’à hauteur de 16% à la richesse de ces entrepreneurs hors-normes. La trésorerie et le foncier représentent chacun 12% de la valeur nette des portefeuilles du panel interrogé, le reste se répartissant entre les actions, les obligations et les investissements socialement responsables.

Les entrepreneurs Elite, dont le patrimoine moyen s’élève à 14,9 millions de dollars, sont, comme le résume le rapport, des investisseurs prudents et réfléchis, qui misent sur la diversification pour tirer le meilleur des cycles du marché.
 

5 profils d'entrepreneurs

Le rapport répartit ces entrepreneurs Elite en cinq profils, mettant en évidence des différences d’attitude, de comportement et de perspectives. Avec un patrimoine moyen de 32 millions de dollars, les « Ultra-preneurs » sont les plus riches du panel ; les « Serial-preneurs » sont ceux qui ont monté en moyenne 7,5 entreprises, soit 4 fois plus que les autres ; les « Millenni-preneurs » représentent ceux nés entre 1980 et 1995 ; enfin, les « Boomer-preneurs » sont ceux âgés de plus de 55 ans. Quant aux femmes entrepreneuses, elles sont incluses dans ces quatre catégories et en forment aussi une distincte.

« Puisque chaque entrepreneur a tracé sa propre route vers le succès, cette étude a cherché à identifier les facteurs qui ont pu avoir une influence sur le chemin qu’ils ont emprunté », précise le rapport.
 

La sécurité et le risque  

Les entrepreneurs Elite semblent aussi jouer la sécurité s’agissant de la localisation géographique de leurs activités. Outre des investissements dans leurs pays d’origine et dans les marchés voisins, les principales destinations d'investissements sont les États-Unis et la Chine – les deux plus grandes économies mondiales –, puis l'Allemagne et la Grande-Bretagne.

Plus des trois quarts des sondés estiment que leurs activités entrepreneuriales comportent un certain niveau de risque. Ils sont la même proportion à décrire leurs portefeuilles de placements dans des termes semblables.

« Les entrepreneurs acceptent davantage le risque dans la mesure où, bien géré, ils savent que c’est la condition de résultats bien supérieurs », explique le rapport. « Sur la base de leurs succès, ils se considèrent comme de bons évaluateurs et de bons gestionnaires de risques. » D’ailleurs, moins d'un quart de ces entrepreneurs Elite déclarent que leurs entreprises et/ou leurs investissements leur font passer des nuits blanches.