BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 10.04.2018

Les valeurs technologiques dans la tourmente : une opportunité d'achat ?

Guillaume Duchesne

Après leur récente baisse, les valeurs technologiques doivent faire face à plusieurs facteurs de risque à court terme.

  • Le secteur de la technologie a souffert ces dernières semaines sur les marchés boursiers;
  • Bien que nous demeurions confiants dans la forte croissance des bénéfices à long terme du secteur, les craintes de protectionnisme et d’un resserrement de la réglementation pourraient continuer à peser sur sa performance à court terme. Les valorisations sont également relativement élevées malgré la récente baisse des cours;
  • Dans cet environnement, nous préférons maintenir une position neutre sur le secteur. A ce stade, nous ne souhaitons pas ajouter de risque dans nos recommandations.


Une croissance solide

Les valeurs technologiques ont connu une très forte hausse sur les marchés boursiers au cours des dernières années. Leur croissance reste solide, confirmée par l'évolution positive des résultats des entreprises. La croissance à long terme est tirée par des opportunités élevées dans le domaine du big data, d’une utilisation croissante du cloud computing, des paiements mobiles, etc. En conséquence, tous les sous-secteurs technologiques – semi-conducteurs, hardware et logiciels – ont bénéficié d'une dynamique de croissance solide ces dernières années. L'industrie des semi-conducteurs continuera de profiter d'une forte demande dans de nombreux segments industriels (robotique, automobile, smartphone,....) tandis que les logiciels et services internet seront soutenus par le rôle croissant de la gestion des données.


Des vents contraires à court terme

Le secteur de la technologie a toutefois perdu 10% depuis ses records de mars. Les valeurs Internet ont été également pénalisées (les fameuses FAANG ou GAFAN ont perdu 13%) à la fois par le scandale Facebook et les tweets de Donald Trump contre Amazon. Les préoccupations récentes concernant le traitement de la protection de la vie privée par Facebook et d'autres entreprises de technologie pourraient continuer à peser sur le secteur. De même, les commentaires du Président Trump sur la fiscalité de l’entreprise Amazon créent un climat moins favorable pour les entreprises de commerce électronique. Selon le Président américain, Amazon ne paierait pas sa part d’impôt et le service postal américain, un pourvoyeur important d’emplois aux Etats-Unis, perdrait de l’argent sur ses livraisons pour Amazon. De l’autre côté de l’Atlantique, les autorités de l’Union européenne pourraient changer les règles de taxation afin d’assurer une meilleure répartition des revenus fiscaux des activités online. Dans cet environnement, un resserrement de la réglementation ne peut être exclu. Les craintes d’une pression fiscale plus importante, d’un contrôle plus systématique de l’activité des méga-entreprises technologiques ou de mesures contre leurs positions monopolistiques pourraient peser sur l'appétit des investisseurs pour le secteur à court terme.


Les craintes croissantes d'une guerre commerciale ont également fragilisé le secteur de la technologie. Les autorités américaines ont annoncé des mesures à l'encontre des importations en provenance de Chine pour atteinte à la propriété intellectuelle. 50 milliards de dollars d'importations chinoises devraient  être frappées d’un droit de douane supplémentaire de 25%. Récemment, le Président Trump a menacé de taxer 100 milliards d’importations supplémentaires. Dans la liste préliminaire établie par les autorités américaines, les secteurs visés sont notamment les machines dans l’industrie, les produits de télécommunication et l'électronique. Ces mesures pourraient donc avoir un impact négatif sur l'ensemble de la chaîne de valeur dans le secteur technologique. Elles soulèvent des questions sur les marges bénéficiaires des entreprises et éventuellement sur leurs ventes (en particulier, dans le cas d’une guerre commerciale ayant un impact sur la demande mondiale).   


L’intensité des mesures protectionnistes est donc cruciale pour le secteur des technologies. Il est extrêmement difficile à ce stade d'évaluer l'ampleur des tensions possibles entre les pays, mais une escalade conduisant à une guerre commerciale mondiale serait particulièrement défavorable. Dans ce scénario extrême, les relations commerciales se détérioreraient et les sanctions et représailles créeraient des incertitudes entraînant un ralentissement marqué de la croissance et une aversion au risque sur les marchés boursiers. Nous pensons que les tensions actuelles ne dégénéreront pas en guerre commerciale généralisée, mais qu'elles persisteront et créeront de la volatilité sur les marchés boursiers. Donald Trump semble utiliser la menace commerciale davantage comme un outil de négociation que comme une mesure protectionniste. Il essaie avant tout d'obtenir des concessions de ses partenaires commerciaux avant les élections de mi-mandat aux Etats-Unis. Dans le même temps, la chute éventuelle des marchés boursiers l'empêche d'agir de façon trop agressive. Dans ce contexte, sa stratégie consiste à trouver un équilibre entre menaces et négociations. Notre scénario de base est que la Chine concède certains changements dans les règles de propriété intellectuelle et améliore ses pratiques à cet égard, mais les négociations risquent d’être longues et chaotiques, et dès lors génèreront de la volatilité à court terme, en particulier pour les actions globales comme les valeurs technologiques.


Des valorisations élevées malgré les récentes baisses des cours

Enfin, les valeurs de la technologie ne sont pas bon marché par rapport à d'autres secteurs. Après la rbaisse récente sur les marchés, le ratio P/E des valeurs technologiques est revenu à des niveaux plus raisonnables aux États-Unis, soit en dessous de 18x, mais les valorisations semblent encore chères en comparaison des autres secteurs. Un risque supplémentaire pour les technologiques est leur grande sensibilité aux variations de taux d'actualisation. Les valeurs technologiques sont estimées sur l'hypothèse que leurs gains seront réalisés à long terme. Des taux de rendement réels à long terme plus élevés auront donc un effet négatif sur le secteur.


Dans cet environnement, nous préférons être patients avant de racheter les actions technologiques. Nous sommes actuellement neutres sur le secteur. Au sein de la technologie, nous ne sommes positifs que sur les équipements de télécommunications, où nous prévoyons une amélioration des revenus grâce au déploiement des dépenses 5G. Comme nous sommes largement investis dans les secteurs cycliques de fin de cycle et financiers, nous ne voulons pas augmenter le risque dans notre stratégie aux niveaux actuels. Une nouvelle baisse dans le secteur de la technologie pourrait toutefois offrir des opportunités d'achat. Techniquement, les indices Tech devraient trouver un soutien à leur plus bas de février, mais le potentiel de hausse semble également limité par la moyenne mobile à 50 jours à la baisse.