BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Entrepreneurs — 17.04.2019

Préparation de la succession : une bonne gouvernance, pour la santé de l’entreprise

Le transfert de propriété d’une entreprise que l’on a longtemps dirigée n’est jamais chose facile, mais la transition est d’autant plus aisée qu’elle a été préparée bien à l’avance, avec les conseils de professionnels en matière de succession.

Deena Giltz McCullough

Presidente & Directrice de l'entreprise new-yorkaise
Northern Insuring

Connect : Linkedin


Les chefs d’entreprise doivent à l’heure actuelle commencer à élaborer leurs plans de succession cinq ans au moins avant de passer la main. Certains spécialistes vont jusqu’à conseiller de prévoir une stratégie de sortie avant même de démarrer une activité.

Quels que soient les délais précis, la préparation est fondamentale si les propriétaires d’entreprise veulent échapper au vieil adage anglo-saxon « Shirtsleeves to shirtsleeves in three generations » [une fortune se dilapide en trois générations]. Un principe essentiel, comme le rappelle Deena Giltz McCullough, présidente-directrice générale de la firme new-yorkaise Northern Insuring.

« Nous travaillons avec des gens remarquables, extérieurs à la compagnie, qui nous aident à planifier les choses de façon stratégique, explique-t-elle. Nous disposons d’une équipe solide, sur laquelle nous pouvons vraiment compter. »

Un constat que confirment les résultats de l’Étude Entrepreneurs BNP Paribas 2019  menée auprès de 2 763 chefs d’entreprise répartis dans 23 pays. Quatre-vingt-douze pour cent des personnes ayant répondu déclarent qu’elles apprécieraient que leurs gestionnaires de patrimoine les aident à préparer la génération suivante à prendre la relève.

Parmi les propriétaires d’entreprise envisageant de partir cette année, 44 % ont confié à BNP Paribas Wealth Management avoir surtout besoin de conseils sur la recherche des talents à même de prendre les commandes ; ils sont 33 % à se déclarer demandeurs de conseils concernant l’évaluation de leur société.

La préparation de la succession est un sujet de préoccupation majeur pour les entrepreneurs, qui sont 53 %, si l’on en croit l’étude de BNP Paribas Wealth Management, à considérer que leurs successeurs ne sont pas prêts à prendre la relève, et même 13 % à ne pas s’être choisi un héritier ou une héritière.

« Quelles que soient l’ancienneté, la taille ou la complexité d’une entreprise familiale, il est essentiel de communiquer et de prendre son temps pour réussir la transition », explique Elizabeth Bagger, directrice exécutive de l’Institute for Family Business, au Royaume-Uni. « Nous disons toujours aux gens de concevoir la succession comme un processus et non comme un événement. Plus on commence tôt, mieux c’est. »

SAVOIR TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DU PASSÉ

Pour Deena, ce processus a démarré en 1985, lorsqu’elle est entrée chez Northern Insuring, une société qui appartenait à sa famille depuis 1941.

Deena a travaillé dans plusieurs départements de l’entreprise avant de trouver sa place dans le service des ventes. Elle a progressivement étendu ses compétences et acquis de l’expérience. Au début des années 1990, elle s’est finalement retrouvée à la tête des opérations au quotidien – une responsabilité à laquelle son père, Rod, l’avait soigneusement préparée.

Cette approche sur le long terme est en partie le fruit de l’expérience passée, marquée par la mort brutale, en 1985, du grand-père de Deena, E. Glenn Giltz, qui avait dirigé l’entreprise jusqu’à la veille de son décès.

« Mon père avait pu constater que la transition s’était mal passée et il m’a clairement indiqué que je serai la prochaine présidente », se souvient Deena, 56 ans aujourd’hui, qui a pris la tête de la société en 2008.

Son père a tout d’abord mis le maximum de capital autorisé au nom de sa fille et de son fils Randy, qui est aujourd’hui premier vice-président chez Northern Insuring.

La firme emploie actuellement 35 personnes, dans trois bureaux différents, pour un chiffre d’affaires annuel d’environ 4,3 millions de dollars US. Et le fils de Deena, Collin, qui représente la quatrième génération, travaille dans l’entreprise depuis dix-huit mois. Pour l’instant associé chargé du marketing, Collin, 28 ans, pourrait un jour succéder à sa mère, bien qu’aucune décision n’ait encore été prise et que Rod, son grand-père, aujourd’hui âgé de 81 ans, reste le président de la société et continue d’exercer une influence considérable.

Téléchargez l'Étude Entrepreneurs 2019 de BNP Paribas (en anglais) pour une analyse détaillée, ou l'infographie pour un aperçu rapide.

En savoir plus ∨

 

Suivez-nous sur notre page Facebook dédiée aux Entrepreneurs Elite
et sur Twitter avec #ImpactEntrepreneurs et à @BNPP_Wealth

 

Plus d'éléments-clé sur l'application “Voice of Wealth” disponible sur l'App Store et Google Play Store.