BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 03.05.2017

Quatre questions à se poser lorsque l'on fait construire un yacht

Olivier Blanchet - Head of Jet & Yacht Finance

La passion, élément moteur

L’essence d’un projet de construction est l’enthousiasme qu’éprouve le futur propriétaire à l’égard de son yacht. La valeur de revente et les recettes d’affrètement sont rarement des priorités dans ce type de projet, mais viennent plutôt loin derrière le plaisir du propriétaire.

 

Renforcer la valeur marchande

Lorsque l’on en vient à envisager les aspects financiers d’un yacht au cours de sa vie, plusieurs facteurs entrent en ligne de compte pour renforcer sa valeur marchande.

 

Le pedigree représente un facteur important, car un futur acheteur pourra se fier au nom du constructeur ou du décorateur d’intérieur. L’immatriculation du yacht est un autre élément à prendre en compte, étant donné que des règlementations plus strictes s’appliquent aux yachts commerciaux comparativement aux yachts privés. S’il est possible de passer de l’un à l’autre, faire inscrire un yacht privé sur un registre commercial exigera en règle générale d’apporter certaines adaptations techniques et de renforcer la sécurité. En revanche, un bateau construit d’emblée comme un yacht commercial peut parfaitement être enregistré et utilisé à titre pleinement privé.

En fonction de la nationalité du propriétaire et de la structure de propriété du yacht, la TVA peut être un point important qui doit être pris en compte dès le départ. Il est facile de comprendre qu’un yacht acquis avec de la TVA est un peu plus intéressant sur le marché d’occasion qu’un yacht exporté.

La communication constitue un autre facteur essentiel pour accroître la valeur de revente et les recettes d’affrètement potentielles. Faire venir la presse à bord durant la construction suscitera de l’intérêt autour du yacht et permettra de faire de la publicité à peu de frais. En outre, la plupart des constructeurs apprécient cette occasion de présenter leurs compétences et leurs techniques. Dans le même ordre d’idées, les yachts qui remportent des prix sont plus susceptibles d’attirer l’attention.

 

Quelques éléments critiques

 

  1. L’équipe de gestion de projet, incluant des avocats spécialisés en droit maritime, permettra d’optimiser le contrat de construction navale. Cette équipe expérimentée et exigeante, qui interviendra dès le départ aux côtés du propriétaire pour définir les spécifications techniques, sera un interlocuteur de poids capable d’obtenir bien plus du chantier naval que ne le pourrait un chef de projet isolé. Le meilleur prix n’est pas nécessairement la garantie d’une transaction optimale ! L’équipe est là pour réaliser les contrôles préalables, évaluer la qualité des matériaux, des fournisseurs, des procédés, de l’équipe, ainsi que l’expérience et l’historique du chantier naval, en fonction des besoins.
  2. L’équipage est lui aussi important : le chef mécanicien et le capitaine peuvent être présents sur le chantier naval dans les 12 mois qui précèdent la livraison du yacht pour se familiariser avec le bateau durant sa construction et demander des customisations conformes à leurs besoins. L’exploitation du yacht après sa livraison s’en trouvera ainsi facilitée. Un bon équipage peut grandement améliorer l’expérience à bord du propriétaire et des affréteurs, tandis qu’un mauvais équipage peut détruire toute la valeur d’un yacht.
  3. Le responsable technique : ses services sont disponibles 24h sur 24, 7 jours sur 7 avec une couverture internationale. Pouvoir compter sur une personne désignée à terre est un élément clef en cas d’ennuis durant vos vacances. Il est tout aussi essentiel de s’assurer que la maintenance planifiée soit bien mise en œuvre. Tout tient en trois mots : planifier, planifier, planifier.
  4. Le responsable commercial : une bonne gestion marketing et le choix d’un bon courtier en affrètement disposant d’un carnet d’adresses de premier ordre maximiseront les possibilités d’affrètement de votre yacht. Là encore, un équipage de qualité peut changer du tout au tout l’expérience client : un chef sensationnel qui préparera des mets de choix, un capitaine qui connaît les meilleurs spots de navigation, un barman capable de préparer de superbes cocktails exotiques. Certains yachts sont devenus célèbres grâce à leur équipage et aux invités de marque montés à leur bord, qui peuvent ensuite affréter eux-mêmes le yacht voire l’acquérir. C’est là un des meilleurs moyens qui soient pour bâtir la réputation du yacht et son image de marque.

 

Vous avez également la possibilité de présenter votre yacht dans le cadre de festivals de plaisance ou dans les pages de magazines spécialisés. Le tout est de constituer un historique prestigieux qui rendra votre yacht attractif sur le marché de l’affrètement et de l’occasion. Car en fin de compte, recevoir et partager sont au cœur même de la navigation de plaisance.

La plupart des contrats de construction navale comprennent une clause traitant des retards acceptables et du report de la date de livraison. Cette clause doit également prévoir les événements graves tels que les cas de force majeure ou le droit de résiliation en cas de retards excessifs, mais aussi les retards mineurs dus à une modification du contrat. Les cas les plus fréquents peuvent, dans leur grande majorité, être résolus dans le cadre d’une discussion commerciale avec le chantier naval.

 

Si, par exemple, un propriétaire demande à ce que le projet soit modifié en cours de construction, le chantier naval présentera un avis de modification du contrat précisant deux éléments : le coût de la modification demandée et son impact sur le délai de livraison. Lorsque le report est demandé par le chantier naval, la situation est habituellement résolue par l’ajout d’équipements supplémentaires ou bien par une réduction du prix contractuel.

 

Un délai de livraison trop court est à éviter

Si l’on considère les intérêts du propriétaire, un délai de livraison trop court peut avoir des conséquences encore plus dommageables qu’un retard de livraison. Il est important que le chantier naval et l’équipe de construction disposent de suffisamment de temps pour livrer un yacht fini avec soin dans ses moindres détails, ayant fait l’objet de tests approfondis sur les équipements et d’essais en mer poussés.

 

Car s’il est important que le yacht soit prêt pour vos prochaines vacances, vous ne souhaitez certainement pas prendre livraison d’un yacht fini à 90 % du fait que le chantier naval a besoin de la cale de construction pour son prochain projet, ou qu’il s’exposerait à des pénalités financières dès le lendemain de la date de livraison contractuelle.

 

La date de livraison exacte doit pouvoir être revue et négociée entre le propriétaire et le chantier naval tout au long de la construction du yacht.

 

Pire cas de figure

Le « retard de livraison » le plus ennuyeux serait lié à la faillite ou à la mise sous administration judiciaire du chantier naval ou de l’un de ses principaux sous-traitants ou fournisseurs. Un tel cas de figure aurait des répercussions financières fâcheuses pour le propriétaire, d’où l’importance de bien choisir le chantier naval et de confier la négociation du contrat de construction à des avocats spécialisés en droit maritime.

Les risques sont multiples !

La plupart des risques financiers sont liés à la situation financière du chantier naval. Il est crucial que le client bénéficie d’un contrôle préalable approfondi du chantier naval sélectionné. L’une des solutions fortement recommandées pour atténuer les risques consiste à demander à la société pressentie une garantie de remboursement couvrant les montants versés jusqu’au transfert de propriété du yacht à l’issue du projet de construction.

Une connaissance approfondie du chantier naval, de son équipe de direction, de ses actionnaires et de son carnet de commandes est nécessaire pour se faire une idée claire des divers facteurs de risques encourus durant le projet. Tout propriétaire devrait aller régulièrement sur le chantier naval pour se rendre compte en personne de l’avancement de la construction.

 

Il va sans dire qu’un contrôle préalable élémentaire se penchera sur la couverture d’assurance du chantier naval lui-même ainsi que du yacht en cours de construction.

 

Le régime de TVA peut constituer un facteur de risque important et doit être envisagé dès le début du projet, avec une vision à long terme, car ce régime reste associé au yacht de sa livraison jusqu’à sa revente.

 

Le propriétaire encourt un risque lié à l’exécution du contrat par le chantier naval, c’est-à-dire à la capacité de ce dernier à livrer un yacht conforme aux spécifications techniques du contrat et répondant en tous points à vos exigences.

 

Un secteur en rapide mutation

Le secteur de la construction de yachts évolue à vive allure. Les principaux constructeurs se taillent la part du lion ; quelques chantiers navals de moindre envergure connaissent des difficultés financières, d’autres jouissent d’une croissance rapide. Chaque année est marquée par son lot de restructurations, de fusions et d’acquisitions, de faillites, de mises sous administration judiciaire et de cessations d’activité. Des entreprises familiales existant de longue date sont rachetées par de grands groupes industriels ou encore par des fonds de capital-investissement.

 

La construction d’un yacht est un processus d’une complexité infinie. Avant de signer un contrat d’une valeur à huit ou neuf chiffres, il ne vous déplairait sans doute pas d’être rassuré quant à la solidité financière et à la stabilité de la gestion dont jouit le chantier naval en question. Vous souhaiterez sans doute rencontrer en personne le propriétaire de l’entreprise pour vous assurer de sa capacité à remplir ses engagements. Enfin, le risque d’une faillite du chantier naval ne peut être ignoré.

 

Bien des choses peuvent se passer au cours de la construction et avoir pour conséquence la perte totale du yacht : incendie, inondation, autres catastrophes naturelles, actes de guerre. Les assurances chantier constituent un élément important pour atténuer les risques.

 

Un partenariat pour limiter les risques

Avoir la banque BNP Paribas à vos côtés vous permettra également de réduire les risques liés à l’exécution du contrat. Nous sommes là pour financer la construction du yacht, ainsi le propriétaire et la banque deviennent partenaires. Parallèlement, la présence d’une banque dans le projet « dilue » le risque de contrepartie pour le chantier naval, un point indéniablement positif lorsque les deux parties se retrouvent engagées sur un projet de longue haleine pouvant s’étaler sur durée de 24 à 36 mois. Il va sans dire que la banque s’expose elle aussi à des risques en participant au projet de construction, et réalisera par conséquent des actions supplémentaires de contrôle préalable.

 

En tant que banque opérant dans le secteur maritime, nous pouvons participer au suivi du projet et apporter notre assistance à l’équipe du client, pour que vous puissiez vivre cette expérience en toute sérénité.

Anticipation

Sur le plan financier, les éléments clefs d’un contrat de construction navale équitable portent sur deux thèmes : le transfert de propriété et l’échéancier des paiements.

Il est important pour le propriétaire de comprendre à quelle étape il deviendra effectivement propriétaire du yacht. Les options habituelles prévoient ce transfert de propriété soit durant la construction (le plus souvent au moment de la pose de la quille), soit à la livraison effective du yacht.

 

Garantie des paiements

Selon le cas, le propriétaire peut choisir différentes options pour garantir les paiements versés au chantier naval. En règle générale, le paiement du prix contractuel s’effectue de manière échelonnée durant la construction sur la base de différentes échéances d’exécution. Il est essentiel que ces échéances d’exécution soient certifiées par un contrôleur d’avancement indépendant, afin que le propriétaire paye des travaux effectivement exécutés et que ses paiements ne servent pas à financer les dépenses d’investissement du chantier naval.

Il est recommandé le plus souvent que les derniers versements soient les plus importants possibles et coïncident si possible avec une livraison, comme c’est le cas également dans le secteur des jets privés. 

 

Protocole de livraison

Il convient en outre de rappeler que le protocole de livraison est un document essentiel pendant toute la durée de vie du yacht, étant donné qu’il marque le commencement de la période de garantie. Il doit donc être négocié équitablement et il est également possible de demander quelques extensions de garantie (notamment pour les moteurs).

 

BNP Paribas jouit d’une expérience éprouvée et d’un solide bilan dans le financement pré-livraison de grands yachts construits par des chantiers navals réputés. Nous sommes en mesure d’aider le propriétaire à négocier son contrat de construction navale et tout particulièrement les clauses de financement, afin que son contrat soit apte à bénéficier d’un concours bancaire.

 

 

 

Votre équipe dédiée

Avec une expertise ancrée dans l’industrie du commerce maritime, notre équipe est composée de banquiers maritimes passionnés, forts d’une expérience cumulée de plus de 30 ans dans l’industrie des yachts. Avec plus de 50 financements de super yachts à ce jour, notre équipe a accompli des succès inégalés. En cela, BNP Paribas est connue et reconnue comme un acteur majeur sur ce marché.